Robert Pirès compare l’Équipe de France 2000 à celle de 98