La punchline de Sergio Ramos, seul maître de son destin